Pampers et les vaccins de l'espoir !

Publié le par Stabbquadd

Un paquet de couches Pampers acheté = un vaccin donné contre le tétanos du nourrisson. Le téta quoi ? Voyons voir, tétanos du nourrisson, maladie présentée dans l'Ancien Testament (merde déjà on remonte loin là) comme la Mort du Septième Jour (frissssons). Elle est totalement évitable par des pratiques hygiéniques pendant l'accouchement (faut se laver les mains quoi). Elle tue 200.000 nourrissons par an dans le monde. Famine : 16.000 enfants meurent par JOUR.

Donc, si je résume, en achetant un paquet de couches Pampers, on accepte de mettre en danger la santé d'un nourrisson en lui inoculant un vaccin pouvant le rendre stérile, allergique, paralysé, etc... afin de lui éviter une maladie de laquelle on ne meurt pas à partir du moment où le docteur se lave les mains, et qui fait une quantité de victimes bien moindre que des dizaines d'autres fléaux. A quand la campagne "un paquet de couche acheté = un savon donné pour les médecins accoucheurs du tiers monde" ou mieux encore "un paquet de couche acheté = un bol de riz pour un enfant du tiers monde" ?

Un indice s'affiche sur vos écrans : comparez le prix d'un bol de riz et celui d'un vaccin... Avec le prix des vaccins inutilement produits pour la campagne Pampers, on doit pouvoir sauver cent fois plus d'enfants avec des bols de riz. Sauf que voilà, dans nos pays occidentaux où la paranoïa des germes faut des ravages, la connasse de base est bien plus sensible à une maladie qu'elle ne connait pas mais contre laquelle on la rassure avec un vaccin débile qu'aux problèmes de malnutrition dans des pays dont elle n'a jamais entendu parler, ou alors aux informations de 20H après son repas pantagruélique qu'elle n'a toujours pas fini de digérer. La famine ? De son point de vue, on exagère largement ses dangers, alors que le tétanos, bordel, ça sonne fin du monde ou pas ?

Anecdote amusante pour se divertir après tant de sarcasmes : dans les statistiques de l'OMS sur les décès dans le monde, la famine n'existe pas (alors qu'on trouve les accidents de la route). On dirait même que toutes les causes de décès ont des réponses médicales chez les laboratoires pharmaceutiques. Dans les pays du tiers-monde, la première cause de mortalité est ainsi l'infection des voies respiratoires, suivie de la diarrhée puis du SIDA, de la tuberculose, du paludisme... Pas de guerre, pas de famine, seulement l'humanité entière soudée derrière les laboratoires pharmaceutiques pour lutter contre les maladies. Elle est pas belle la vie ?

Publié dans Humeurs

Commenter cet article